31/01/2005

Un ange passe....

Juste une pause, le temps de reprendre son souffle…. De retrouver les couleurs….la porte est contre, je ne la ferme pas….je ne jette pas la clé…je reviens….dans quelques battements d’ailes, dans quelques mots d’amour…je reviens….

Juste un répit, cicatriser les plaies…laisser repousser les ailes que la vie m’a arrachées…. Laisser le temps faire son œuvre….

Juste une pause…. Comme un fragment d’éternité…. Et je reviens….le temps de retrouver les mots, de retrouver la lumière,de trouver la douceur,de retrouver mon âme d’enfant, de me retrouver….Je reviens….


16:49 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook |

26/01/2005

Sur le bord du chemin

 

Le coeur trop lourd, le coeur trop sec

J’ai l’impression d’un grand vide….

J’ai perdu l’étincelle, plus de lueurs dans les yeux…plus de chaleur dans le cœur, juste la nuit et le froid….

La vie m’a tout repris, le goût, l’envie, elle m’a juste laissé ce trou béant à la place du cœur….

Pilote en mode automatique….mais il n’y a plus personne à bord….plus personne, juste un corps, un cœur vide….

Je marche mais je ne trouve pas la lumière, je souris mais mes yeux sont sans vie…

Je respire mais chaque bouffée d’oxygène me brûle et me consume peu à peu….

Juste envie de m’arrêter sur le bord du chemin, juste m’arrêter, je suis fatiguée de marcher, mes jambes sont lourdes et mon âme est vide….

Je suis comme toutes ces étoiles dans le ciel, je brille mais je suis morte depuis longtemps….

Sur mon visage de cire, j’ai accroché mon plus joli sourire….mais dans mon cœur la glace a éteint le feu…je n’entends plus les mots, je n’entends plus vos voix, juste le silence et les sanglots retenus….

Juste un espace immense, vide, froid…..mon cœur…..mon âme….

Et je marche dans le vague….en équilibre au bord du ravin….en équilibre sur le fil de la vie….





12:27 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

16/01/2005

Ecrire c'est hurler en silence....

Je sais il y a des tas d'autres femmes qui sont passées par là, je sais ça aurait pu être pire, j'aurais pu le perdre plus tard ou à la naissance, je sais c'est la vie, si son coeur s'est arrêté c'est qu'il ne devait pas vivre, je sais....
Mais pour moi la douleur n'est pas proportionnelle à la longueur de la grossesse, peut être s'en remet on plus vite quand ça arrive tôt peut être..... mais je ne pense pas que l'on a moins mal....
16 semaines en moi, 16 semaines ou je me suis sentie transportée vivante, ce bébé on l'a rêvé, désiré, imaginé....il faisait déjà partie de nous, on a imaginé sa chambre, commencé les travaux, feuilleté les magasines spécialisés, on a rit, on s'est chamaillé sur la liste de prénom....toi tu voulais l'appeler Jean-Baptiste et moi je priais que ce soit une fille pour lui éviter cette pénitence....
On s'est projeté dans l'avenir, Noel prochain on serait trois, c'était ton dernier anniversaire avant d'être papa.... on imaginait déjà les cartes de voeux avec sa frimousse....ses premiers sourires....
Le savoir encore en moi sans vie me bouleverse, je voudrais tant me réveiller de ce cauchemar, je voudrais tant que tout soit fini...
La maison était déjà remplie de sa présence, le test de grossesse avec ses deux lignes roses, qui me brûlent les yeux sur ma table de nuit, la première échographie, et le premier doudou que tu m'as offert pour Noël.....
Et puis ces phrases lues par ci par là qui me hantent, à propos du curetage "l'utérus vidé de son contenu" j'en ai pleuré des heures.....comme si on parlait d'un vulgaire sac poubelle à vider, oui je sais je prends peut être trop à coeur....je suis peut être trop sensible....mais cette phrase m'a fait l'effet d'un couteau planté dans le coeur.... j'ai si peur.....j'ai si mal....
Je voudrais avoir la force de vous dire que tout va bien, oh bien sûr dehors je souris, j'ai mis mon masque pour ne pas leur faire peur, pour qu'ils ne voient pas mon coeur ravagé, mais j'en crève....
Ce matin à la boulangerie,une connaissance est venu tout sourire me demander "la grossesse se passe bien?" j'ai cru vomir de douleur, il ne pouvait pas savoir.....
Au téléphone je prends mon air détaché, je joue à la forte" mais oui ça va, il me faut juste un peu de temps...." mais au fond de moi je ne suis plus moi, je me sens tellement vide....
Devant ceux qui m'aiment j'arbore mon plus beau sourire, celui des grands jours.... parce que je ne veux pas les faire souffrir avec moi, et parce que j'ai peur qu'ils ne comprennent pas que la mort est en moi, et que je me sens si mal.....
 
 

14:10 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (54) |  Facebook |

15/01/2005

C'est la vie pas le paradis....

Comment expliquer la douleur, le coeur en lambeaux, et cette phrase qui résonne encore et encore…. « activité cardiaque inexistante »….

Il n’y a pas de mots, juste les maux….dans ma tête son cœur bat tellement fort que j’ai l’impression qu’elle va exploser….je me souviens du tracé de son cœur….de ce flots d’émotions qui nous a chaviré le cœur, de cette tendresse, de cette vague d’amour que nous ressentions….là il n’y a plus que de la douleur…. Et une plaie….béante….

Oh bien sûr je ne suis pas la seule, bien sûr la vie continue….je sais tout ça, je le sais mais j’ai tellement mal, je voudrais que tout se termine très vite, qu’on arrache vite cette petite chose sans vie de mon âme de mon être , ne plus le ressentir dans mes tripes….cette sensation horrible de le savoir là au creux de ma chair et d’attendre….

Je voudrais me réveiller….

21:31 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

13/01/2005

La fêlure...

 

Juste une petite brisure, comme une fêlure, mais demain on n’y verra plus rien, demain le soleil va se lever….colmater la fissure….

Juste une petite fêlure comme une éclaboussure, un peu d’eau salé il n’y parait plus rien, juste un peu d’eau salée, pour nettoyer la plaie….

Juste une petite fissure,petite toute petite…. Ça pique aux yeux…. mais demain il n’en sera plus rien….juste….un peu de douceur....et demain la chaleur....



10:33 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

07/01/2005

L'ombre et la lumière...

Comme une lassitude, je ne trouve plus les mots, juste les maux, une fatigue, juste une pause, quelques jours, quelques heures, quelques temps….trop de bonheur, trop d’incertitudes… trop d’émois, et si peu de moi….je me cherche entre ici et ailleurs….une seule certitude cette vie en moi qui grandit, cette vie qui bouleverse ma vie, qui me remplit d’amour….j’avais oublié combien l’amour pouvait prendre de place….combien le vide résonne…me laisser emporter par cette vague qui me remplit, me laisser emporter par l’amour et le reste tant pis…. Juste une fois ne plus me poser de questions, ne plus avoir peur….parce que le bonheur parfois ça fait mal, le bonheur parfois ça fait peur, mais je n’ai plus peur…. J’ai laissé la porte ouverte, pour la première fois…cette fois ci je ne le laisserais pas se faire la malle, même si dans aimer il y a amer, même si toujours n’est qu’un mensonge pour oublier les jamais qui s’y ajoutent un jour…. Je veux vivre l’ombre et la lumière, ne plus avoir peur du soleil…vivre à l’ombre de ton soleil, avec le soleil pour réchauffer nos ombres….le bonheur n’est pas loin….il n’y aura peut être pas de toujours, ni de jamais, il y aura juste au jour le jour,….. et à notre porte l’amour….

08:32 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

03/01/2005

La faiseuse d'anges....

Tout d'abord je voudrais vous rassurez sous le bon conseil de Valou qui a failli courir jusque chez moi, je vais bien, même très bien, et la petite crevette aussi, ce texte est juste une fiction, un fait de mon esprit torturé et tourmenté....je voulais pas vous faire peur hein!

 

 

Le bonheur est proche, effleuré des doigts, mais j’ai jeté les clés, j’ai fermé la porte….

Le bonheur est en moi mais la fêlure est profonde , et le sang s’écoule par litres…

Ce matin la douleur gronde…la faiseuse d’anges est passée par là…et d’amertume le sol s’inonde…

Je suis sortie de cette chambre froide, vidée de toi, vidée d’émoi….j’ai laissé derrière moi…l’ébauche de toi…

 

Elle n’a jamais versé de larmes la faiseuse d’anges, son cœur de marbre jamais ne se craquèle….

Méticuleusement, elle vide toute vie, aseptise, efface les traces, la faiseuse d’anges…

Elle n’a jamais vu le dessin d’un enfant, les dessins qu’elle ébauche est fait de leurs sangs….

Sous ses doigts de fées, sous ses doigts ensanglantés….des dizaines de cœurs se sont arrêtés….

Elle leurs dessine des ailes, la faiseuse d’anges, de sang et de boues…ils ne pourront jamais voler….

 

Je suis sortie, je n’étais plus que moi,….mais il n’y a jamais eu que moi, parce que mon corps est un gouffre, parce que mon cœur est lourd….la vie n’a jamais pris naissance dans les ténèbres….

Toi, tu t’es trompé de vie, mon cœur avait déjà cessé de battre avant que le tien ne commence à battre….

Une autre t’aurait aimé, choyé, bercé, moi je t’ai tué dans l’œuf…. Sur ton berceau, ta marraine la faiseuse d’anges s’est penchée….

 

Je n’ai pas mal, comment pourrais je avoir mal, je ne connais pas la douceur, je ne connais pas la chaleur….je ne connais donc pas la douleur…puisque la douleur c’est moi….

La faiseuse d’anges à posé ses mains sur ton destin….moi j’ai repris mon chemin…pardonne mon offense…. Je n’ai jamais été un ange….

 

Les heures ont passées, le sang n’arrête plus de couler….ma robe blanche immaculée se teinte de pourpre, mon amie la faiseuse d’anges me recouvre de sang et de boue….efface les traces…je n’ai jamais su voler….

Et toi dans ton sac agonisant, tu souris….mon ange….

Et j’entends rire les anges, et j’entends pleurer la faiseuse d’ange…..

Mon corps sans vie n’est plus que boue et cendres….. vidée de toi, je me suis vidée de moi….je ne serais jamais un ange…..

12:32 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |