22/12/2004

Petit Chaperon Rouge et Grand Méchant Loup...

Le loup est dans la bergerie…

Mielleux, il enrubanne, adoucit ses traits haineux sous la dentelle, le falbala….

Le loup est dans la bergerie…

Il s’approche gentiment, à pas de loup, subrepticement…

Installe la confiance, épie vos faiblesses, étudie vos failles…

Le loup à le poil doux, c’est son plus bel appât…

Le loup à les dents longues, et la faim le tenaille…

Il aiguise ses crocs, pour mieux vous dévorer,

Mais pas trop vite, tout doucement…

Il aime vous sentir trembler, il aime l’odeur du sang…

Le loup est dans la bergerie… il ne veut plus jouer…

Ce soir le masque va tomber, cous cours petit chaperon rouge…

S’il t’attrape,  il va jouer avec toi comme le chat avec la souris…

Sentir ses crocs s’enfoncer dans ta chair tendre, …Sentir le sang chaud couler le long de sa gueule, il en frémit….

La vie est un grand bois peuplé de méchants loup…et de chaperons rouges prêtes à se faire croquer….

Mais un jour, le loup se retrouvera seul et affamé, avec pour seule refuge sa vanité et son orgueil… l’histoire du grand méchant loup n’est qu’un conte …il finit toujours par crever….. le grand méchant loup se croit invincible, mais dans les bois et les montagnes à force de faire couler le sang, sa tête est le trophée rêvé de bien des chasseurs…cours cours grand méchant loup….on va bientôt te rattraper….


14:10 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/12/2004

...me feras tu un bébé pour Noël...

 

Moi : Dis qu’aimerais tu comme cadeau pour Noël…. ?

Lui : «  En posant doucement un main sur mon ventre »…mon plus beau cadeau… il est là…

 

 

 

 

Photos:Dominique Lefort.



13:58 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

08/12/2004

Au nom du Père...

Au nom du père…. Ma main dans la tienne, mes petits doigts gelés réchauffés par les tiens…

Sentir la force de tes bras, savoir que je peux compter sur toi…

 

Au nom du père….des heures et des heures à parler, échanger, des fous rires, des larmes, redevenir l’espace de quelques heures une enfant…

 

Au nom du père…. Savoir pourquoi, refaire le monde, faire monter le ton, rester sur nos positions…puis se sourire…effacer l’ardoise…

 

Au nom du père… prononcer ton nom, retrouver la saveur du mot « papa », me souvenir de ton visage, de ta voix…

 

Au nom du père…. enfermer  mes souvenirs dans une tour de verre, pour ne pas qu’il s’évanouissent avec le temps

 

Le temps est un voleur, il vole les moments, les éclats de voix, il vole la mémoire…. Le temps est un tricheur, il choisit , sélectionne, efface les bons souvenirs, gravent la douleur à jamais….

 

J’ai oublié le son de ta voix, le toucher de ta peau….petit à petit s’évaporent les images… je voudrais remettre le film en arrière, me le passer en boucle, j’ai peur un jour d’oublier les traits de ton visage…. Alors je prends mon miroir et je cherche en moi la filiation…je recherche mes racines, d’où je viens, qui je suis….je regarde à travers le miroir, je regarde derrière, je te cherche, juste une ombre, floue….qui s’éloignent, je voudrais m’ancrer à ton corps, ne jamais laisser sombrer les bribes de mémoires….ne jamais laissé s’effacer ton image…

 

T’avais pas le droit de t’en aller comme ça…. Non tu n’avais pas le droit….au nom du père…laisser éclore une fleur….puis ne pas la voir s’épanouir…à quoi ça sert dis moi ….

 

Je ne t’en veux pas, je ne t’en veux plus….la douleur, le manque, la tristesse et la mélancolie ont fait place à la rancune….oh je sais, je sais mon père…tu n’y es pour rien si l’on s’est manqué…le temps nous a manqué….et puis on dit pas ces choses là, non on ne les dit pas, ça ne se fait pas, on ne dit pas qu’on s’aime, on ne dit pas qu’on a besoin l’un de l’autre, on ne dit pas ne pars pas….non ça on préfère les garder pour le marbre froid, on préfère les pleurer sur la tombe glacée de ceux qu’on aime….il est trop tard pour les regrets….

 

Au nom du père….tu sais papa, ce poème que j’avais écrit pour toi, celui que je n’ai jamais osé te lire, il est là sur mon cœur, gravé en moi… il est trop tard pour les au revoirs…

 

Au nom du père….n’oubliez jamais de dire « je t’aime » à ceux que vous aimez, ne vous mettez pas de barrières, pas de tabous, pas de pudeurs….parce que l’amour n’est pas impudique….

 

Au nom du père….la vie est en moi….ce petit fils que tu ne verras pas….au nom du père….il te connaîtra, je lui parlerais de toi, il sera le gardien de ma mémoire  quand celle-ci me fera défaut…. Le temps ne gagnera pas sur nous…il nous a déjà trop pris….cet enfant je lui parlerai de l’Afrique, de ta vie, de toi, de moi, des mots d’amour qu’on renferme au fond de soi… je lui parlerais de tolérance, de vie, et d’espoir….

 

Au nom du père….un prolongement de toi, un prolongement de nous…je lui dessinerais des racines, des ciels étoilés….on l’aimera pour trois, on l’aimera pour toi….toi qui n’as pas eu le temps de m’aimer assez….


09:53 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

06/12/2004

Vague à l'âme...

Envie d’être protégée, vague à l’âme… j’ai honte, honte de me sentir perdue, de me sentir triste….alors qu’au fond de moi il y a la vie, ce n’est que du bonheur…mais alors pourquoi j’ai envie de pleurer, à chaudes larmes, à sanglots, vider cette peine, pourquoi j’ai envie d’hiberner, de dormir quelques semaines…. ??

 

Envie d’un cocoon doux, chaud, ouateux, besoin de me sentir couvée, moi qui couve la vie…. Je me sens désemparée, bien sur, je suis heureuse, je l’ai tellement attendu….mais il y a ce tourbillon de doute, cette fatigue, cette impression de ne pas être à la hauteur, cette envie de n’être là pour personne….de me cacher sous la couette….avec pour seul bruit le battement de mon cœur, le battement de nos cœurs….

 

Juste besoin de bras qui m’entourent, de chaleur, de douceur, je me sens fragile, vulnérable….je voudrais être forte….je voudrais déborder d’énergie, d’optimisme….mais je ne suis qu’une coquille prête à se fendre….la fragilité pour seule fondation…. Juste besoin de quelques plumes, de quelques brindilles, d’un peu d’ouate….pour me confectionner un nid….où je me sentirais protégée….



10:42 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

02/12/2004

Colocataire...

La colocation on dirait pas mais qu'est ce que ça épuise....
Je peux même plus me faire rembourser les 7 jours d'essai sont passés ;-) je rigoooooooooole!!!
Et je vous raconte pas la nuit, les réveils pipi, les rêves érotiques aussi, si si je vous jure mes nuits pour le moment c'est Sodome et Gomorrhe, Blanche Neige et les septs mains, et j'en passe, ou alors ça vire carrément dans le film d'horreur.... :-)

 

16:06 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook |