14/10/2004

Cali

Des mois que je l'écoute, après l'avoir découvert par hasard avant qu'il ne soit diffusé sur les ondes...et des semaines que je cherchais son album, mais en vain.....ça y est je l'ai et j'adore, j'adore ses textes, son style décalé, sa façon cynique et cruel de parler de l'amour, ses mots qui touchent, bref je suis sous le charme....
 
D'ailleurs cette semaine, la chanson de la semaine sera un titre de Cali, pour ceux qui ne connaissent pas, on entend pas mal ces derniers temps deux de ses titres "C'est quand le bonheur" et "Elle m'a dit"
 
Voilà c'était mon coup de coeur musical cette semaine....
 
Les paroles de "L'amour m'a tué"
 
Aurais-je un jour assez de cran pour retourner au combat
Il me reste encore du sang sous les ongles...je crois..
... qu'il faut beaucoup plus que du temps pour oublier quelqu'un comme toi
Au lavage même en frottant les traces de sang ne partent pas
Pourquoi faut-il toujours en baver?
Est-ce que mourir ressemble à ça?
J'avais entendu tes doigts claquer et bien sur j'avais rampé jusqu'à toi
J'étais toujours au garde à vous quand tu inspectais mon corps
J'ai ce suçon collé au cou comme une trace du remord
Mais pour penser à autre chose peut être devrais-je me casser le bras
Je sais l'amour a tué plus de gens que tout une siecle de choléra
J'en ai vu mourrir des milliers aujourd'hui ça tombe sur moi
Merci d'avoir passer les gants pour dire que tu ne m'aimais pas
J'ai trouvé tellement charmant la compassion qu'escortait ta voix
Le crime est toujours plus élégant quand l'assassin est très adroit
Et tu t'éloignes et tu t'éloignes et je n'y fais rien
Il est rare que l'on gagne en se conduisant comme un crétin;
J'aurais du te courir après; me jeter à tes pieds
Il n'y a plus d'amour propre
L'amour m'a tué
Je ne veux pas lancer à tes trousses tous les reproches de la terre
La place est au silence ma douce alors pas de bruit dans mon cimetière
Oui j'aurais du te retenir avec ce que je n'avais pas
Avec des diams et des menhirs
Tu vois je dis n'importe quoi
Juste pour aller un peu plus loin tomber un peu plus haut
Je t'ai perdu comme un crétin, comme je l'ai dit plus tôt
Et de derrière la vitre je regarde tout nos projets
Perdre du sang pas litre dans leurs couveuses, agoniser
Le blanc des infirmière ne m'a jamais excité
Elles peuvent bien mélanger les noms
D'ailleur les bébés sont tous laids ....

22:59 Écrit par Babylou | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

Commentaires

... Cali
ah !!!! cali...
super je l'ai connu avec c'est quoi le bonheur
j'a-do-re !!!!
mci :)

Écrit par : imagine | 14/10/2004

grrr :) c'est quand le bonheur
pardon !!!!

Écrit par : imagine | 14/10/2004

celle-là... hum... j'avoue que je ne l'm pas trop... trop ... trop... ;)

Écrit par : imagine | 14/10/2004

Merci pour la découverte ;~)

Écrit par : Bad' | 14/10/2004

ben j'avoue que je n'aime pas trop ce qu'il fait ...
au fait, bisous encore plus doux

Écrit par : Nola | 15/10/2004

ouch c'est pas le moment celle là, aie

Écrit par : BT | 15/10/2004

.. tiens je ne connaissais pas.... faudra que j'ecoute. bisous

Écrit par : goutte de mer | 15/10/2004

je t'ai piqué la zik pour mon blog :)

Écrit par : BT | 15/10/2004

Cali... j'adore...depuis ses débuts...
Bon week-end
Bisous

Écrit par : elfarranne | 15/10/2004

L'amour... qui nous détruit et celui même qui nous fait jouir...

Écrit par : Christ | 16/10/2004

photo voilà,j'ai vu tes photos sur rondinet et j'ai envoyé un mail pour savoir ou tu avis fait tes photos car elles etaient reussient donc c'etait pour savoir ton photographe
ps:ton blog est super reussi!a bientot

Écrit par : benedicte | 16/10/2004

merci Babylou J'adore Cali et j'avais justement envie de l'entendre celle-là.

Écrit par : lola | 18/10/2004

Grmbl grmbl de Grmbl, Dr love pas encore rentrée Damned

Écrit par : Nola | 18/10/2004

bon suis en manque là. Chtejure ...
on peut y aller ?
;~)

Écrit par : Nola | 18/10/2004

Dolorosa Aujourd'hui j'ai décidé j'ai décidé de ne pas vous tuer
Invite ton amant dimanche à dîner
Dimanche c'est le jour des frites et du poulet
Tu lui tendras ton pied sous la table dressée
Tout au fond du jardin sous notre grand rosier
Tu t'habilleras d'un sourire flambé
Dolorosa, Dolorosa, Dolorosa, Dolorosa

Et puis tu iras chercher les frites et le poulet
Et avec ton amant de quoi vais-je parler ?
De foot de poésie ou bien de son métier
Ou peut-être de toi, Dolorosa, peut-être de toi, Dolorosa

J'ouvrirai un grand vin t'ouvrira ton corsage
Mon regard se perdra au loin presque gêné
Il te demandera de rester un peu sage
Au creux de ton oreille tout il te promettra
Comme j'avais tout promis Dolorosa, Dolorosa, Dolorosa

Je le trouverai trop beau je te trouverai très belle
Ton visage aura perdu tant d'années
Vos yeux s'embrasseront Dolorosa
Vos yeux s'embrasseront Ah!

Et puis nous aurons bu oui nous aurons trop bu
Au milieu de vos souffles je n'existerai plus
Sur la pointe des pieds je quitterai la table
Et je m'éloignerai des fous-rires entendus
Dolorosa, Dolorosa, Dolorosa, Dolorosa

Au fond de mon jardin deux amants vont s'aimer
Je ne vais pas les tuer, je ne vais pas les tuer

Écrit par : HL | 18/10/2004

Je vais enfin le voir en concert... Vite le 28 ! Depuis tous ces mois qu'il tourne sur ma platine (ben oui, j'ai encore une platine !)

Je t'embrasse, Babylou...

Content de voir que ta soirée était belle, chez Valou !

Mille bisous bleus (je me répète, là...)


Cri

Écrit par : | 18/10/2004

Les commentaires sont fermés.